Dans cette parenthèse temporelle, où les échanges humains se sont multipliés au gré d’une itinérance menant les membres du groupe STiMBRE d’une maison d’anciens à un garage moderne, d’un bateau concert à une grue portuaire, les rencontres et les découvertes se sont succédées.

Portés par la fraîcheur de l’inédit, ils se sont élancés dans leur toute première résidence de création, épaulés par les jeunes du centre d’animation Bacalan et leurs éducateurs. L’espoir qu’ils avaient mis dans l’ hypothèse bouillonnante de cette première tentative ne fut en rien déçu, bien au contraire ! Le ventre de la grue Wellman leur procura son lot de sons inimitables lorsque Julien, muni d’un Archer, y fit résonner des cordes de guitares préalablement fixées sur une des parois de métal. Jo, inspiré par les lieux ainsi que par les témoignages d’anciens colportés jusqu’à lui par la jeunesse Bacalane, se fendit d’un texte mystérieux et profond au nom évocateur « au ras des containers » que Gaelle, quelques mètres sous l’eau, mit en mélodie dans les soutes du bateau concert l’Iboat, qui les accueillait en son sein.

Extrait du futur titre

 

Au ras des containers 

 

Au ras des containers

Tremble une ombre chinoise,

Un glissement sous la toise

Des entrelacs de fer,

Un murmure de paroi

Secret comme un espoir,

Émoussé par le froid

Mais guidé par le phare;

Une rumeur d’oraison

Fondue dans l’arrimage,

Lestant la cargaison

D’un fantôme d’équipage.

Mais cette grue portuaire

Pourrait, depuis sa cime…

 

 

Jo Stimbre

Retour haut de page